Séminaire interne : Repenser le plein-emploi au prisme de la « courbe de Phillips »: les débats autour du Humphrey-Hawkins Act (1978) aux Etats-Unis

Premier séminaire interne de la Chaire pour l’été 2020! Aurélien Goutsmedt, stagiaire postdoctoral sur le projet des banques centrales, nous parlera des débats qui ont fait rage aux États-Unis autour du plein-emploi dans les années 70-80. Les 40 premières minutes seront consacrées à la présentation d’Aurélien; ensuite, la voie sera pavée pour un échange convivial sur le sujet. Voici le résumé de l’article qui sera présenté:

« Depuis la seconde guerre mondiale, les économistes ont joué un rôle important dans la définition des outils des politiques publiques mais aussi, de manière moins avouée, de leurs objectifs (Berman 2019). Dans cet article, je m’intéresse au Humphrey-Hawkins Act, édicté en 1978 aux Etats-Unis, et aux débats qui ont accompagné sa promulgation. Cette étude historique permet d’éclairer la manière dont les objectifs des gouvernements et des banques centrales sont négociés par la société civile, les politiques et les experts, en particulier les économistes.
Le Humphrey-Hawkins Act impose un objectif de taux de chômage de 4% et de stabilité des prix, pour lequel le président et la Federal Reserve Bank doivent rendre des comptes auprès du congrès. Cette loi est en fait le résultat d’une longue bataille entre différents groupes civils, lobbyistes, politiciens, éditorialistes et experts, parmi lesquels des économistes, eux-mêmes en complet désaccord.
Dans l’article, je montre comment un certain concept économique, la courbe de Phillips, est utilisé par les économistes de l’administration Carter pour façonner le cadre d’analyse du projet de loi. Ces économistes défendent l’idée qu’il existe, en général, une corrélation négative entre l’inflation et le chômage. Dès lors, la courbe de Phillips (qui relie inflation et chômage) devient un outil central pour analyser les conséquences économiques de la loi. Un tel concept et les instruments analytiques qui lui sont associés contribuent à définir le plein-emploi et la stabilité des prix comme deux objectifs qui se contraignent mutuellement, ce qui tend à rendre « scientifique » et à « dépolitiser » (Flinders et Buller 2006) l’arbitrage entre les deux objectifs. On écarte ainsi l’idée que cet arbitrage pourrait être effectué au nom d’une opposition entre groupes sociaux, ou bien entre différentes valeurs éthiques de la société (par exemple, favoriser le travail sur la rente, ou bien, à l’inverse, favoriser la stabilité de l’environnement économique et l’esprit d’entreprise par la stabilité des prix). Cet épisode historique permet en particulier de comprendre comment le type de langage et d’outils techniques utilisés par les économistes pour débattre des objectifs appropriés de politique économique étouffe la dimension politique et éthique des arbitrages sous-jacents en mettant l’accent sur une certaine quantification et des contraintes de court terme. »

Le séminaire aura lieu par visioconférence Zoom. Le lien vers la salle: https://zoom.us/j/92292358965?pwd=UGJGYWlRNDBZSXRuaExEYlc0U3dYUT09. Pour le mot de passe d’entrée, contactez Maxime.Tremblay11@USherbrooke.ca. Joignez-vous en grand nombre, ouvert à tous!

Ce contenu a été mis à jour le 7 juillet 2020 à 13 h 41 min.