Injustices numériques et patrimoine archéologique autochtone en Basse-Côte-Nord: vers la création collaborative d’une éthique des nouvelles technologies


Résumé

Cette présentation de Manek porte sur son projet de recherche postdoctorale en démarrage auprès de la Chaire. Ce projet emploie le concept d’injustice épistémique dans un contexte d’enseignement des jeunes en archéologie et nouvelles technologies dans les communautés d’Unamen Shipu et de Pakuashipi (Basse-Côte-Nord, Québec, Canada) pour développer le concept d’injustice numérique. Il est proposé que l’injustice numérique permette d’analyser les inégalités participant de l’utilisation des nouvelles technologies, et de développer des éléments de définition d’une éthique de celles-ci, présentement lacunaire, pour équilibrer ces inégalités. Il implique également que cette éthique doit être ancrée sur le concept de préservation, ou « care », et que les communautés directement impliquées dans l’utilisation de ces nouvelles technologies et dans les attentes qu’elles génèrent doivent participer à la création de cette éthique en affinant et consolidant cette dernière. À cet effet, la préservation numérique du riche patrimoine archéologique de la Basse-Côte-Nord, vieux de près de 8000 ans, offre un objectif concret à même d’orienter les réflexions, les pratiques et les normes éthiques permettant de l’accomplir cet objectif. Une démarche collaborative menée auprès des deux communautés innues permettra de développer des principes éthiques qui seront complémentaires au concept de préservation, et spécifiques à leurs sensibilités, besoins et valeurs.

Ce contenu a été mis à jour le 27 mai 2021 à 17 h 03 min.